Comment rocker sa première journée de travail

Comment rocker sa première journée de travail

Entreprendre un changement de carrière est quelque chose d’excitant, mais peut être à la fois un moment stressant dans la vie. Si vous êtes comme moi, commencer un nouvel emploi dans un nouvel environnement est un moment plus ou moins angoissant, alors voici quelques astuces pour se sentir à l’aise lors de notre première journée de travail : 1. Choisissez votre tenue méticuleusement Nous le savons tous; la première impression est toujours la plus importante. Informez-vous de la tenue vestimentaire afin d’être présentable. Si vous n’êtes pas certaine de quoi porter, vous pouvez toujours stalker la page Facebook de la compagnie; souvent vous y trouverez des photos d’activités entre employés, ce qui vous donnera une idée de ce qui est acceptable aux yeux de vos collègues. N’essayez pas d’en faire trop fort, mais n’arrivez tout de même pas habillée de façon négligée pour votre première journée, même si le code vestimentaire est moins strict. 2. Arrivez d’avance Pour moi, ma plus grande peur est d’être en retard ou bien de me retrouver à la mauvaise place lors du grand début. Prenez-vous donc d’avance. Même si vous finissez par arriver une demi-heure d’avance, cela vous permettra d’explorer un peu l’endroit, ou bien de vous faire amie avec la réceptionniste. 3. Soyez sociable Ça peut paraître un peu évident comme astuce, mais lorsque nous nous sentons angoissées il nous arrive souvent d’être renfermées et d’avoir l’air bête. Souvenez-vous que vos collègues ont déjà été le/la nouveau/nouvelle et ils comprennent comment vous vous sentez. Laissez-les donc se rapprocher de vous, et n’ayez pas peur de vous faire des amis. Si vous êtes plusieurs...
Influence MTL: Retour sur une journée inspirante!

Influence MTL: Retour sur une journée inspirante!

Le 19 mai dernier à l’hôtel Sheraton se tenait la toute première édition de Influence MTL. Qu’est-ce qu’ Influence MTL? Fondée par Thierry Lindor, cette conférence est présentée comme un mouvement entrepreneurial d’une journée qui a pour mission d’éduquer et d’inspirer les entrepreneurs, à travers les récits d’influenceurs renommés. Nous avons eu la chance d’assister à quelques conférences. Voici nos 3 coups de coeur: Le panel  Un Athlète = Un Entrepreneur C’est avec beaucoup d’humilité et de franchise que se sont livrés à nous Bruni Surin (champion olympique en sprint et entrepreneur), Étienne Boulay ( ex-footballeur de la LCF), Roseline Filion (championne olympique de plongeon et entrepreneure) et Maxime Paulhus Gosselin ( ex-basketballeur et Président de Joii) sur les débuts difficiles de leur « après » carrière d’athlètes professionnels de haut niveau. Questionnés par Andy Mailly-Pressoir sur la façon dont ils ont planifié leur deuxième carrière, chacun a parlé de persévérance, mais surtout de l’importance d’avoir un plan d’attaque avant de prendre sa retraite. «Ayez un plan d’exécution, faites-vous confiance et visualisez» a conseillé Bruni Surin. «C’est important de tester différentes passions afin de savoir ce qui nous accroche vraiment », a dit Étienne Boulay, lui qui avoue avoir dû naviguer entre plusieurs passions après sa carrière dans la LCF. Pour ce qui est de Roseline Filion, c’est une soirée en famille qui lui fera découvrir sa passion pour les jeux d’évasion (elle est maintenant propriétaire du nouveau jeu Immersia) et quant à Maxime PaulHaus Gosselin, c’est le repreneuriat de l’entreprise familiale qui le formera en tant qu’entrepreneur avant de créer sa propre application mobile Joii.   Danièle Henkel, femme de valeurs C’est avec...
#Gradlife: La vie après le diplôme

#Gradlife: La vie après le diplôme

Vous avez survécu les nuits blanches, les projets d’équipe où vous étiez l’équipe entière et les heures de cours interminables. Vous avez vécu le stress et l’anxiété comme jamais auparavant, mais vous avez réussi. Vous êtes maintenant sur la scène devant famille et amis fiers: vous recevez votre diplôme! Cette journée marque la fin du «struggle» et vous ne pouvez être plus heureuse. Malgré cela, quelque chose trotte au fond de votre esprit. C’est la question que nous nous posons tous. La question qui tue: j’ai gradué, now what? Cette question-là, je me la suis posée un million de fois. Tellement de fois que j’en faisais de l’angoisse. Au final, voici quelques réponses que j’ai trouvées à la fameuse question: Il est correct et même tout à fait normal de se remettre en question. Vous avez passé plus de la moitié de votre vie aux études. Il est possible que vos aspirations aient changé. Peut-être que vous n’êtes plus certaine de votre choix de carrière, peut-être que vous recherchez plus. Il n’y a pas de mal à prendre du recul et se remettre en question. Nous entrons dans un nouveau monde lorsque nous finissons l’école, et faire le bilan de notre vie et où nous voulons aller ne peut que nous faire un peu de bien. Ce n’est pas grave si vous ne trouvez pas un emploi tout de suite. Depuis que nous sommes toutes jeunes, on nous a implémenté l’idée qu’en finissant l’école nous devions immédiatement débuter notre carrière, trouver notre partenaire de vie, et fonder une famille. En plus de cela, certaines d’entre nous avons des prêts étudiants...
#Worklife: Embrasser ses rêves ou se résigner à la routine?

#Worklife: Embrasser ses rêves ou se résigner à la routine?

J’ai toujours eu ce petit côté « mouton ». Vouloir suivre les normes de la société pour me faire accepter. J’ai obtenu mon diplôme d’études secondaires suivi d’un diplôme d’études professionnelles. Non suffisant, j’acquiers celui d’études collégiales et pour terminer, je me suis laissée tenter d’entamer des études supérieures. Avec peur et anxiété, ce fut un choix laborieux. J’avais l’impression que le regret guettait à ma porte, car pour la première fois, j’abandonnais un projet. Je m’imaginais décevoir les personnes de mon entourage et de faire le mauvais choix. Quand j’ai cliqué sur le bouton qui mettrait fin à ma fréquentation scolaire à l’université, étonnamment, je me suis sentie apaisée. Auparavant absents, les sentiments de liberté et de bonheur venaient valser autour de moi. Je me choisissais enfin. Encore plus surpris, mon entourage prenait cette nouvelle d’une très belle façon et leur soutien ne m’a que confirmé mon choix. Me voilà à temps plein sur le marché du travail. Je n’avais jamais encore connu ce mode de vie puisque l’idée de perfectionner mes études était ma priorité. Nouvellement infirmière à l’hôpital ayant pour quête de « sauver le monde » avec un humanisme gigantesque, je me rends vite compte que la réalité est un aller direct dans un mur de brique. Bien que je partage ma passion, mon plus beau sourire et la plus grande disponibilité physique et émotionnelle que je puisse offrir à mes patients, l’épuisement et le stress qui s’y rattachent me donnent l’impression d’être happée par un 18 roues. Le sentiment d’accomplissement n’est que rarement ressenti à la fin de mes journées de travail malgré la...
500$ pour créer son business – Partie 2

500$ pour créer son business – Partie 2

Dans mon précédent article « 500$ pour créer son business » j’avais abordé de manière assez globale les différents axes de la création d’entreprises (ventes, marketing/publicité, storytelling et bureau), vous expliquant par la même occasion qu’un petit budget ne doit pas vous freiner dans votre projet entrepreneurial. Dans cette deuxième partie, je vais approfondir les aspects liés à l’image de marque, au marketing/publicité ainsi que l’importance du choix des réseaux sociaux. Commençons… IMAGE DE MARQUE Bien que votre produit ou service soit la composante la plus importante de votre projet d’affaires, l’image de marque – appelée également branding – en est, elle aussi, un élément essentiel. C’est grâce à elle que vous serez reconnaissable et repérable par vos clients. Si avoir recours à une agence de design spécialisée est hors budget au début de la création d’une société, il existe d’autres solutions moins onéreuses, offrant un résultat époustouflant et professionnel : Creative Market : Ce site est un peu la boite à outils créative de toutes personnes désirant se lancer en affaires avec un budget serré, sans pour autant faire l’impasse sur la qualité. Vous y trouverez tout ce dont vous avez besoin pour bien démarrer : créateur de logos, cartes de visite, papier à lettres … bref, tout ce qui est utile et valorisera votre marque. Budget estimé entre 19$ et 49$             Les écoles de design: On y pense pas toujours, et pourtant, les étudiants en école de design peuvent être très utiles et bénéfiques à la création de votre branding. Jeunes, pleins d’idées et pas encore formatés par le monde du...
5 astuces pour des 5 à 7 sans stress 

5 astuces pour des 5 à 7 sans stress 

Que vous profitiez de l’occasion pour réseauter, cherchiez à faire de nouvelles rencontres ou que vous retrouviez des amis pour discuter, un 5 à 7 est avant tout le moment bien mérité pour décompresser après une bonne journée de travail. Voici donc quelques astuces pour éviter que le stress et la culpabilité ne viennent assombrir votre soirée. 1. N’arrivez pas l’estomac vide  Vous ne passez pas par la maison? Prévoyez-vous tout de même une collation ou un encas léger à grignoter en chemin pour ne pas arriver affamée à destination. Vous verrez qu’il est beaucoup plus facile de faire des choix éclairés quand on n’est pas aveuglées par une faim de loup. 2. Faites des choix sensés Bien que les plats de croustilles, de frites et autres amuse-gueules vous fassent de l’œil, il y a fort à parier que vous trouverez des alternatives plus nutritives et tout aussi alléchantes en feuilletant le menu. Si vous êtes reçus chez quelqu’un, apportez vous-même des bouchées saines et colorées. 3. Espacez les bouchées Combien de fois est-il possible de se dire « juste une petite bouchée de plus » et encore se croire? La proximité et l’abondance de nourriture font en sorte qu’on n’a souvent même pas conscience de la quantité d’aliments qu’on a réellement ingérée. Commander des tapas ou un plat qui nous fait envie, plutôt que des grignotines à volonté, peut être un moyen de manger juste à sa faim. Si cette dernière n’est même pas au rendez-vous mais que vous vous surprenez à graviter autour du plat de grignotines dès qu’il est à portée de main, mener vos conversations à l’écart...