About Agenda C

Agenda C est la première communauté carrière en ligne conçue pour les jeunes femmes professionnelles âgées entre 18 à 35 ans. Cette plateforme a pour but de fournir les meilleurs outils, conseils et opportunités de carrière afin de les aider à progresser dans leur cheminement professionnel et de former la prochaine génération de femmes leaders.

Find more about me on:

Here are my most recent posts

#ACGIRL: JULIE MORIN-DUMAIS

#ACGIRL: JULIE MORIN-DUMAIS

Cette semaine, on rencontre Julie Morin-Dumais, propriétaire de la ligne de bikinis June Swimwear, qui nous prouve que persévérer malgré les nombreux obstacles, peut rapporter gros. AC: Quel est le plus gros défi que tu as dû surmonter depuis les débuts de June? Julie: Je dirais que le plus gros obstacle que j’ai eu à surmonter depuis le début de June fut les deux premières années de la compagnie alors que tout était à construire, lorsque la compagnie était encore embryonnaire et que je n’avais rien de tangible à montrer autre que mes maillots. J’avais peu de visibilité et c’était difficile d’avoir l’air crédible à côté des multinationales à gros budget marketing. J’ai essuyé plusieurs refus; autant d’acheteurs de boutiques qui ne voulaient aucunement me rencontrer, que des  banques qui ne voulaient pas me prêter de fonds (n’ayant rien à mettre en garanti), que des fournisseurs qui ne voulaient pas me vendre leurs produits n’ayant pas un assez gros volume à commander. Ce qu’il faut comprendre c’est que ces trois éléments sont intimement reliés pour la croissance d’une entreprise. Ça prend des ventes pour obtenir du financement à la banque, ça prend des ventes pour augmenter le volume de matières premières et ça prend un bon financement pour pouvoir produire la collection ainsi que les éléments promotionnels qui feront connaitre la compagnie et ainsi augmenter l’intérêt des acheteurs. Il faut que les étoiles s’alignent pour que tous ces éléments avancent en même temps. Bref, j’ai dû aller chercher la confiance de plusieurs personnes, une à la fois, soit en me déplaçant pour aller les rencontrer, soit en les appelant. Je...
#ACGIRL: GENEVIÈVE RIVARD

#ACGIRL: GENEVIÈVE RIVARD

«Se lancer en affaires. Non pas tout de suite. Ce n’est pas le bon moment. Tu ne pourras pas y arriver.» Et si…? Et si jamais…? Si j’avais pu dire tout ce que je sais maintenant à la Geneviève qui avait si peur de se lancer, mon Dieu qu’elle se serait sauvé tout un poids sur ses épaules! Cela fait déjà un an et demi que j’ai quitté mon emploi stable dans un salon réputé de coiffure où j’y ai offert mes services pendant 5 ans. J’ai quitté en juillet 2015. Depuis le décès de mon père en 2010, je ressentais une espèce d’urgence de vivre, de peur de ne pas avoir le temps de faire tout ce que j’ai toujours voulu accomplir. Il était lui-même entrepreneur et je suis certaine que d’avoir eu un papa qui travaillait à son compte m’a toujours montré que c’était possible de ne pas avoir de patron et de faire les choses à sa manière. Maintenant que j’y pense, il m’a certainement influencée sans même que je ne m’en rende compte. Quelques mois après son départ,  je me suis mise à chercher des possibilités de carrière, car l’endroit où je travaillais ne me convenait plus. Pendant deux ans j’ai cherché et cherché et c’est finalement au printemps 2015 que j’ai décidé que j’allais me lancer en affaires. Voici ce que j’aurais aimé dire à la Geneviève qui n’était pas encore entrepreneure: Des défis, des déceptions et des bons coups, tu en auras. Les bons coups tu vas les aimer et en être fière. Reste accrochée au positif, c’est ce qui t’amènera loin dans...
#ACGirl: Aicha Chtourou

#ACGirl: Aicha Chtourou

1. Parle-nous de ton parcours personnel. Je pense avoir choisi le chemin qui me convenait le plus. Après avoir complété ma première année d’université, j’ai dû quitter Montréal pour rejoindre mon mari qui travaillait à Edmonton en tant qu’ingénieur environnemental. À travers cette période de transition, je continuais de travailler à temps partiel sur Modeste avec ma mère qui était toujours à Montréal. Puis, il y a deux ans, j’ai dû faire un choix important: celui de garder un emploi et un niveau de vie confortables ou de tout abandonner pour me consacrer à Modeste. Nous étions heureux à Edmonton, mais mon coeur me suppliait de retourner vers mon premier amour, Modeste. Un an plus tard, mon mari décida de se joindre à l’aventure et nous rejoignit à Montréal afin de poursuivre notre rêve. 2. Qu’est-ce que Modeste et qu’est-ce qui t’a poussée à te lancer en affaires? Modeste est né à partir d’un besoin à combler. Je suis née et j’ai grandi à Montréal et je suis fière d’être montréalaise. Mes goûts et mon style reflètent bien cette réalité. Un des problèmes que j’avais lorsque je magasinais était que lorsque je trouvais des vêtements qui me plaisaient, ils devaient souvent être altérés par ma mère (qui est une maître couturière) s’ils étaient trop transparents ou si des morceaux avaient des fentes trop grandes, par exemple. D’un autre côté, lorsque je trouvais des vêtements qui correspondaient davantage aux coupes et aux styles que je recherchais, je les trouvais de mauvaise qualité. C’est là que ma mère et moi nous nous sommes dit que d’autres femmes devaient aussi avoir ce dilemme...
#ACGIRL: LÉA BÉGIN, BEAUTIES&CO.

#ACGIRL: LÉA BÉGIN, BEAUTIES&CO.

“Oui mais si jamais ça ne marche pas?” Je vous entends jusqu’ici… Je connais cette phrase par coeur! J’avais développé un intérêt vers la beauté à l’âge de 14 ans, mais on m’avait plutôt conseillé d’aller étudier dans quelque chose de large, au cas où. Pas fou, mais en sortant du Cégep en Communications, j’avais encore en tête l’idée de devenir maquilleuse. “Oui, mais si jamais ça ne marche pas? » J’ai la chance d’avoir des parents qui ont foncé dans la vie, avec un secondaire 5 et plein de passions. Ils ont essayé différents métiers et ont mis leur orgueil de côté à force de commencer en bas de l’échelle. Ça leur a fait des vies riches en expériences et ça leur a donné envie de répondre à leurs enfants: “Bin… t’essayeras autre chose. Si tu ne l’essaies pas, tu ne sauras jamais, alors go!” Alors c’est ce que j’ai fait. À 18 ans, j’ai mis ma première grande peur d’adulte de côté et j’ai foncé. Pas de cours de maquillage en poche, j’ai cogné directement chez MAC Cosmétiques et ils ont jugé mes talents assez bons pour m’engager (OUF). J’ai appris sur le tas comme on dit. J’ai développé mon doigté et lorsque j’ai eu l’impression d’avoir fait le tour et que je me suis sentie prête pour un nouveau défi, j’ai quitté la compagnie. Je suis comme ça; dès que je suis confortable j’ai la manie de me mettre dans des zones dangereuses. À 22 ans, devant le néant, j’ai mis une autre grande peur de côté. J’ai hustle pour montrer au monde que j’avais un semblant de talent...
Quoi porter au bureau quand il fait chaud

Quoi porter au bureau quand il fait chaud

Ah ces journées de canicule! La chaleur est insupportable, les vêtements nous collent à la peau et l’on finit souvent par regretter notre choix vestimentaire du matin. Et bien comme le reste de l’été s’annonce encore très chaud, voici quelques suggestions de looks pour vous sentir belle et bien au boulot, et ce, malgré la chaleur: 1. Les chemises amples: 2. Les robes maxi 3. Les pantalons palazzo   4. Combo jupe + t-shirt   5. Les rompers Photos: Pinterest Par Agenda C  Agenda C est la première communauté carrière en ligne conçue pour les jeunes femmes professionnelles âgées entre 18 à 35 ans. Cette plateforme a pour but de fournir les meilleurs outils, conseils et opportunités de carrière afin de les aider à progresser dans leur cheminement professionnel et de former la prochaine génération de femmes...