4 façons de décompresser après le travail
CONTRIBUTION
Tanya Lamarche
26 mars 2017
PARTAGER

Décompresser. J’ai l’impression que ce verbe est soit inutilisé ou surutilisé. D’une part, il y a ces personnes qui travaillent sans relâche et au retour à la maison, elles sont si exténuées que se laver, manger un morceau et se coucher deviennent les seules « activités » consacrées à leurs soirées. Des individus épuisés qui se reposent sur un court laps de temps, mais ne prennent pas le temps nécessaire pour « décrocher ». D’autre part, il y a ces personnes qui croient que s’asseoir sur le divan et regarder la télévision toute la journée est un travail en soi. Que de gérer la télécommande et alterner les positions au fauteuil sont des tâches difficiles.

Hors de tout jugement, que tu sois une « workaholic » ou le contraire, cela t’appartient. Cependant, je crois que dans la vie, il est important de maintenir un certain équilibre. Pour celles qui croient que leur emploi est le noyau de leur vie, je respecte cette philosophie. Par contre, il ne faut pas s’oublier en tant qu’individu et prendre du temps pour soi est primordial pour atteindre une santé physique et mentale optimale. Il y a tellement de rôles que l’on doit accomplir dans la vie alors décrocher des tâches et des responsabilités de façon régulière, mais non excessive, est impératif pour bien des raisons.

Voici quelques façons de décompresser après une journée de travail :

 Méditer

En plus d’être de plus en plus pratiqué, la méditation est un moment pour reconnecter avec soi-même et mettre toute notre attention sur l’instant présent. Prendre de grandes inspirations, savourer la chance de pouvoir respirer, et expirer en tentant de détendre tous ces muscles que l’on ignorait qu’ils fussent tendus. C’est comme si l’on remettait notre corps au repos total pour mieux « repartir » par la suite.

Exercice physique

Je sais. Il y en a quelques-unes d’entre vous qui lisez « exercice physique » et vous ne l’associez pas du tout avec « décompresser». Qu’on se l’admette ou non, faire de l’exercice physique est bénéfique pour l’humain. Pense aux fois que tu t’es dit : « bon, à partir de lundi prochain je vais courir 4 fois par semaine » et que finalement tu as couru qu’une seule fois cette semaine-là, mais qu’après cette unique fois, tu t’es sentie bien et apaisée et ça t’a permis de prendre du temps avec toi-même en dehors du travail et de la maison.

Sortir avec ses amis

Décompresser n’est pas nécessairement associé avec moment solitaire. Sans avoir à boire une bouteille entière de vodka, profiter d’un déjeuner, d’un souper au restaurant ou d’une soirée avec des amis me semble de belles façons pour mettre de côté ce qui nous a embêtés au travail durant la journée ou de toutes les tâches que nous avons remises à demain.

Faire ce passe-temps que tu aimes

Que tu aimes tricoter, bricoler, lire, écrire, peinturer, colorier, photographier, faire des mots croisés, jouer d’un instrument, chanter, regarder une série… prends le temps de faire ce tu aimes. Délaisse la corde qui te retient à ton travail et ne pense pas à ton devoir, mais plutôt à ton plaisir personnel.

Même si tu te sens dépassé par le boulot, par les tâches ménagères ou par les enfants turbulents dans la maison, je suis certaine que tu accomplis bien tes responsabilités au travail, que tu tentes de tenir la maison dans la plus grande propreté qu’il t’est possible de la tenir et que tu réponds bien aux besoins de ta famille. C’est pour cela que tu as droit, toi aussi, de sentir que tu es une personne à part entière et de te respecter en pensant à tes besoins à toi, dont celui de décrocher. Tu mérites de décompresser. Assure-toi que la balance entre le travail et ta vie personnelle soit toujours en équilibre.

 

Photo: Chriselle Lim

 



Par Tanya Lamarche

Illustration du profil
Assoiffée de découvrir et de m’accomplir, je repousse constamment mes limites. Parfois impulsive, plus souvent réfléchie, je tente d’écouter mes « feelings » pour atteindre un bien-être absolu en m’imprégnant du positif. Écrivaine dans l’âme, je désire partager l’envol de ma plume pour m’échapper de ma coquille. Au plaisir de partager ce voyage avec vous.