Partir en affaires avec sa meilleure amie : oui ou non?
CONTRIBUTION
Frédérique Lissoir
8 mars 2016
PARTAGER

En tant que conseillère d’affaires, il s’agit d’une des questions les plus difficiles à laquelle j’ai eu à répondre. En effet, partir en affaires comporte son lot d’émotions (bonnes et mauvaises) et avoir une amie à ses côtés peut s’avérer excessivement prolifique, mais tout aussi dangereux. Je m’explique.

Être cofondatrice ou copropriétaire, c’est avant tout un mariage d’idées, de passion et d’ambition. Tout comme dans un mariage traditionnel, les parties sont unies pour le meilleur et pour le pire. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est naturel de penser que s’associer avec votre meilleure amie peut être intéressant : plus de temps ensemble, vous avez souvent des goûts semblables, etc. Toutefois, partir en affaires nécessite de prendre des décisions difficiles qui ne peuvent pas toujours faire l’objet d’une grande réflexion émotionnelle. Il devient alors très important de pouvoir faire la part des choses et de rester objective ce qui, je vous l’assure, n’est pas facile quand vous êtes attachée à quelqu’un. Déprimant, vous dites?

Vous devriez vous poser les questions suivantes afin de voir si vous faites un bon « mariage d’affaires »:

Avons-nous la même vision pour l’entreprise? 

Où voulez-vous amener votre entreprise? S’agit-il d’un premier essai qui vous permettra de lancer une autre entreprise? Travaillerez-vous toutes les deux à temps plein dans l’entreprise?

Avons-nous la même vision de la vie?

Combien de temps comptez-vous passer au bureau? Êtes-vous prête à faire des compromis? Quels sont les bienfaits et les valeurs que vous voulez retirer de votre travail? Où vous voyez-vous dans 1 an, 3 ans, 5 ans, 10 ans?

Sommes-nous compatibles théoriquement et pratiquement?

Avez-vous des intérêts semblables? Vos forces et faiblesses sont-elles équilibrées et compatibles? Avez-vous des complexes par rapport à votre cofondatrice (oui, il faut se poser la question)? Avez-vous déjà travaillé ensemble? Si oui, comment cela s’est-il passé?

Après cette brève introspection, il est judicieux de vous asseoir avec votre amie (préférablement avec un verre de vin, un café ou un thé) et de calmement discuter de vos réponses respectives. Cet exercice vous permettra de faire un tour dans la tête de l’autre et de bien cerner vos buts respectifs. En effet, vous l’aurez deviné, une bonne relation d’affaires découle d’énormément de COMMUNICATION. On ne parle pas ici de Snapchat ou d’Instagram, mais bien de véritables conversations structurées autour d’un ordre du jour transparent.

Partir en affaires avec sa meilleure amie peut être très réconfortant, car votre relation est basée sur la confiance, la connaissance de l’autre et le respect. Cela ne veut pas dire que votre amie saura vous stimuler ou vous défier lorsque nécessaire afin de faire avancer votre entreprise.

Il ne reste qu’à vous demander ce qui sera le mieux pour votre business, mais surtout pour votre amitié!

 

Photo: whowhatwear

 

 



Par Frédérique Lissoir

Illustration du profil
Frédérique est avocate et consultante d’affaires au sein de son cabinet, Propulsio Conseillers d’affaires 360° S.E.N.C.R.L.. Ses associées et elle sont très présentes au sein de la communauté start-up montréalaise. Polyglotte et globe-trotter, Frédérique est passionnée par la créativité de ses clients et ne cesse de s’émerveiller devant le talent de sa géneration. Dans ses temps libres, elle aime faire de l’équitation, cuisiner et lire une dizaine de journaux par jour.